Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Jean-Luc du 54

Gerardmer (suite)

27 Septembre 2009 , Rédigé par Jean-Luc du 54 Publié dans #Nature

Toujours en préparation d'expo (travaux à rendre pour le 9!) Je vous montrerai quand j'aurai le droit!
Pour vous faire attendre, voici encore quelques images de Gerardmer (88).




Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Capucine55 30/09/2009 14:43


Un passage pour te souhaiter une bonne journée , je pense que tu es trés occupé à ton expo,bisous Capucine


STEPHAN 30/09/2009 11:06


Salut Jean-luc ! je viens de visiter ton blog. c'est très intérésant et sutout agréable à régarder. Félicitations et a plus.
Alex


La_Gare_Centrale 29/09/2009 18:43


Saharien a répondu a ton commentaire sur la reprise de service des vieilles locos dans le cadre du développement durable. Effectivement ces vieilles dames n'étaient pas sans polluer ! Bonne soirée.
Yves


Cardabelle38 29/09/2009 12:55


Lumières d'automne ...
J'aime tout particulièrement la seconde photo ...
Bonne journée,
Sylvie


Capucine55 28/09/2009 07:20


Bonjour Jean-Luc, Belles photos de Gérardmer, cela me donne envie d'y aller. Je te souhaite une bonne journée,bisous Capucine


pourquoi-pas732 27/09/2009 20:09


Bonsoir ! Le lieu me fait me rappeler de vacances d'il y aura bientôt 30 ans ... comme le temps passe ! Je comprends que ton regard de photographe sait imaginer, simplement en regardant: comme tu
peux le lire dans les commentaires de mon article, ce n'est pas donné à tout le monde ! Bonne soirée.


Cephalantera 27/09/2009 17:35


Bonjour
La première photo:très joli bouquet.Sur la 2éme je reconnais les coques rouges du Ricin.
A plus
Amitié
Pierre-Denis


La_Gare_Centrale 27/09/2009 12:22


Comme tu es occupé, je fais court !

Paliers de bielles
En raison des fortes contraintes, les paliers de bielles doivent être constitué de manière particulièrement soigneuse. Ils sont soumis à des pressions variant continuellement sous l'effet des
forces changeant en importance et direction du piston et doivent cependant être à même de supporter des révolutions rapides. Pour que l'usure inévitable se situe le plus possible au niveau du
palier, plus facile à régler ou améliorer - même en service -, les coquilles reçoivent la plupart du temps un revêtement en métal blanc, nommé aussi régule (Weißmetallausguß), qui offre de bonnes
qualités de fonctionnement et une surface moins dure que celle des manetons trempés et usinés des essieux entraînés dont le renouvellement nécessite un travail conséquent. En service, il faut
veiller à ce que lors de dommages aux paliers, les manetons ne soient si possible pas attaqués.

Au début, l'épaisseur du régule (Weißmetallausgusses) était de 5 à 12 mm. Par la suite, on l'a réduit à 3mm en raison du prix élevé de la matière. En service, les paliers à revêtement mince se sont
avérés supérieurs à ceux utilisés précédemment. La durée de vie est supérieure; en cas d'avarie (paliers fondus), les différents éléments de l'embiellages, manetons et bielles ne subissent pas des
chocs aussi importants qu'avec les anciens paliers, puisque le plus grand jeu possible entre la coquille et le maneton après la fonte du régule est plus petit. En cas de fonte d'un palier à
revêtement mince à la locomotive, le train peut moyennant quelques précautions la plupart du temps rallier la prochaine gare.

Revêtement en métal blanc, régule (Lagerausguß)
Comme régule (Lagerausguß), on utilisait jusque dans les années 40 pour tous les paliers de bielles l'alliage WM 80 (Métal blanc avec 80% d'étain, 12% d'antimoine, 6% de cuivre et 2% de plomb).
Pour économiser de l'étain, un grand nombre de machines moins sollicitées ont reçu un alliage de WM 10 (Métal blanc avec l0% d'étain, 15,5% d'antimoine, 1% de cuivre et 73,5% de plomb).

Les paliers n'étaient au début coulés qu'à la main; par la suite on est passé dans une grand mesure au procédé de coulage centrifuge et atteint ainsi une plus grande densité du revêtement de
palier, qui s'est révélée avantageuse au niveau de la durée de vie des surfaces de frottement. Lors du procédé de coulage centrifuge, on amène le métal blanc dans les coquilles serrées ensembles,
pendant qu'elles tournent à un rythme élevé autour de leur axe médian. La force centrifuge répartit le métal à densité et épaisseur égales contre les surfaces intérieures précédemment préchauffées
et étamées des coquilles.

Voilà ! Bon dimanche. Yves


Capucyne 27/09/2009 11:06


Cà donne un peu envie de vacances...!