Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog de Jean-Luc du 54

Les orchidées de Lorraine

Les Orchidées de Lorraine

 

Pour beaucoup, les orchidées représentent des fleurs aux formes et aux couleurs incomparables qui poussent essentiellement dans des régions tropicales. Pourtant il en existe pas moins de 144 espèces  en France dont 45 pour la Lorraine.

Les botanistes supposent que les Orchidées dérivent des Liliales, un vaste groupe de plantes à bulbes qui est notamment représenté chez nous par les lys, les tulipes et autres jacinthes.

Toutes ces plantes sont hermaphrodites (qui réunissent les caractères des deux sexes) et le nombre de chaque pièces florales, pétales et sépales, est un multiple de trois (3 pétales, 3 sépales).

Les orchidées se sont adaptées aux divers insectes pollinisateurs ce qui se traduit par une différenciation et une spécification des pièces florales.

 

En observant de près une Orchidée, on se rend vite compte que l’un des trois pétales diffère nettement des autres tants par son ornement, sa morphologie et sa texture. Ce pétale se nomme « labelle ». Il est souvent l’organe qui permet l’identification des différentes espèces.

 

Les Orchidées lorraines occupent la plupart des milieux lorrains (forêts, pelouses calcaires, marais, tourbières et mêmes sur les plus hauts sommets vosgiens).

 

Les Orchidées sont des plantes menacées qui sont partout en France en régression. Certaines ont mêmes totalement disparues.

 

Une grande majorité des orchidées sont déclarées « espèces protégées ». Elles sont donc interdites à la cueillette.

 

L’arrêté du 20 janvier 1982, modifié par l’arrêté du 31 août 1995 assure la protection légale de 18 espèces.

 

L’article 1 de cet arrêté stipule :

 

Afin de prévenir la disparition d’espèces végétales menacées et de permettre la conservation des biotopes correspondants, sont interdits en tout temps sur le territoire métropolitain, la destruction, la coupe, la mutilation, l’arrachage, la cueillette ou l’enlèvement, le colportage, l’utilisation, la mise en vente, la vente ou l’achat de tout ou partie des spécimens sauvages des espèces citées à l’annexe 1 du présent arrêté.

Toutefois, les interdictions de destructions, de coupe, de mutilation et d’arrachage ne sont pas applicables aux opérations d’exploitation courante de fond ruraux sur des parcelles habituellement cultivées

 

 

Partager cette page

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :